Citations de la conférence

 

Deux des trois étapes du chantier sur la famille sont déjà terminées : l’enquête initiale et la conférence du 15 mars. Il nous reste maintenant à nous motiver et à nous mobiliser pour que la journée des familles du 21 mai soit une réussite en termes de fête et de réflexion sur les thèmes majeurs de la famille qui seront prochainement proposés sur le site.

Pour le moment, vous pouvez lire ou relire les citations qui ont été faites lors de la conférence. Suivront, dans quelques jours, le bilan de l’enquête et la conférence dans son intégralité.

 

Fraternellement dans le Christ.

L’équipe « chantier famille ».

 

 

 

Citations lors de la conférence sur la famille

Du 15 mars 2011

 

 

Les citations sont regroupées par « auteur ».

 

Il est également conseillé la lecture de la « Doctrine sociale de l’Eglise »

 

 

Actes des Apôtres, à propos des laïcs :

 

 « Le Christ en fait des témoins en les pourvoyant du sens de la Foi et de la grâce de la Parole. »

 

 

Evangile selon saint Matthieu :

 

 « Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».

 

 

Benoît XVI, livre « Lumière du Monde » :

 

« La structure de l’homme est fondée sur le péché originel ; que le paganisme perce toujours à nouveau en lui, c’est une expérience qui traverse tous les siècles. La vérité du péché originel se confirme. L’homme retombe sans cesse en deçà de la foi, il veut de nouveau n’être que lui-même, il devient païen au sens le plus profond du mot. »

 

« Nous vivons une dictature d’opinion antichrétienne. »

 

« Le bien et le mal sont devenus interchangeables. »

 

«  L’athéisme pratique est aujourd’hui la règle normale de vie. »

 

« Comment s’en sortir dans un monde qui est lui-même sa propre menace ? »

 

« Les statistiques ne sont pas la norme de la morale ».

 

« On se demande souvent comment il est possible que les chrétiens, qui sont personnellement des êtres croyants, n’aient pas la force de mettre leur foi plus fortement en action sur le plan politique. Nous devons avant tout veiller à ce que les hommes ne perdent pas Dieu du regard. Qu’ils reconnaissent le trésor qu’ils possèdent. Et qu’ensuite, d’eux-mêmes, avec la force de leur propre foi, ils puissent se confronter à la sécularisation et accomplir la séparation des esprits. Cet immense processus est la véritable grande tâche de notre époque. Nous pouvons seulement espérer que la force intérieure de la foi présente dans les hommes acquière aussi une puissance dans la vie publique, en marquant aussi publiquement la pensée, et pour que la société ne tombe pas simplement dans un gouffre sans fond. »

 

 

Benoît XVI, discours inaugural du conclave du 29 avril 2005.

 

« Le relativisme donne comme mesure ultime uniquement son ego et ses désirs. »

 

 

Encyclique « Caritas in Veritate », Benoît XVI, 2009 :

 

« Le point déterminant pour l’homme est la tenue morale de la société dans son ensemble… Une des pauvretés les plus profondes que l’homme puisse expérimenter est la solitude. »

 

« La beauté de la famille et du mariage. »

 

« La conscience n’est appelée à prendre acte que d’une pure possibilité technique. »

 

 

Encyclique « Familiaris Consortio », Jean-Paul II, 1981 :

 

« Il y a une corruption du concept et de l’expérience de la liberté, celle-ci étant comprise non comme la capacité de réaliser la vérité du projet de Dieu sur le mariage et la famille mais comme une force autonome d’affirmation de soi, assez souvent contre les autres pour son bien-être égoïste ».

 

« L’ouverture à la vie est au centre du vrai développement. »

 

« Pour construire la communion de la famille, un élément est fondamental, celui de l’échange éducatif entre parents et enfants qui permet à chacun de donner et de recevoir. 

A travers l’amour, le respect, l’obéissance à l’égard des parents, les enfants apportent leur part spécifique et irremplaçable à l’édification d’une famille authentique, humaine et chrétienne. Cela sera plus facile si les parents exercent sans faiblesse leur autorité comme un véritable ministère, ou plutôt comme un service ordonné au bien humain et chrétien des enfants et plus particulièrement à leur faire acquérir une liberté vraiment responsable ».

 

 

Père Pedro, livre « Combattant de l’Espérance » :

 

« Rien n’est plus tragique que de rencontrer un individu à bout de souffle. »

 

«  L’autorité est un encouragement. »

 

 

Articles de loi concernant le mariage civil :

 

 Article 212 ~ Les époux se doivent mutuellement fidélité, secours et assistance. Les époux assurent la direction morale et matérielle de la famille.


 Article 213 ~ Ils pourvoient à l'éducation des enfants et préparent leur avenir.

 

Article 371-1 ~ L’autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant. Elle appartient au père et mère jusqu’à la majorité ou l’émancipation de l’enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement dans le respect dû à sa personne. Les parents associent l’enfant aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité. 

 Bernanos :

 «  Les pères et les mères sont les héros des temps modernes. »

 Vatican II :

 

« Plus que toute autre, notre époque a besoin de sagesse pour humaniser ses propres découvertes ».

 Socrate, 470 – 399 av. J-C :

 « Les jeunes d'aujourd'hui aiment le luxe, ils sont mal élevés, ils méprisent l'autorité, n'ont aucun respect pour leurs aînés et bavardent au lieu de travailler. »

 Inscription babylonienne. Plus de 3000 av. J-C :

 « Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d'autrefois. Ceux d'aujourd'hui ne seront pas capables de maintenir notre culture. »

  Prêtre égyptien. 2000 av. J-C :

 « Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n'écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut être très loin. »

 Frédéric Ozanam, société Saint Vincent de Paul, 1833 :

 «  La question aujourd’hui c’est de savoir qui l’emportera de l’esprit d’égoïsme ou de l’esprit de sacrifice, si la société ne sera qu’une grande exploitation au profit des plus forts ou une consécration de chacun pour le bien de tous, pour la protection des plus faibles. »

 

 Essai de définition du bonheur en famille (à la demande des auditeurs) :

 Le bonheur en famille, c’est comme le jardin : il faut le cultiver et donc lui accorder beaucoup de temps. Il faut en connaître les limites, le protéger des prédateurs externes et des mauvaises herbes internes, il faut entretenir les vieilles pousses et en ajouter de nouvelles. Il faut en profiter aux beaux jours pour ne pas le regretter en hiver. Il faut  toujours avoir un projet d’embellissement pour ne pas tomber dans la routine et, in fine, dans le désintérêt.

Et surtout, il faut l’arroser de plein d’amour et laisser Dieu l’éclairer. Et quand nous pensons que Dieu est absent, c’est parce qu’il est caché par les nuages de nos manques d’amour et de nos indifférences.

 Inscription dans un gymnase aux USA :

 « Si tu veux gagner, tu trouveras le chemin et si tu ne le veux pas tu trouveras une excuse. »

 

 Cardinal André Vingt-Trois, février 2011 :

 « Nous sommes bien porteurs d’une parole et d’un message et nous n’avons pas l’intention de les camoufler pour nous conformer aux modes dominantes et à la pensée correcte. Mais le premier moyen de communication de cette parole et de ce message, c’est notre manière de vivre, qui devient source d’interrogation ».

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site